Les aventures de Tinderella par Kim Charbonneau

L’automne. Ça, ça signifie qu’il va commencer à faire frette et que t’as intérêt à sortir tes p’tites laines et à te trouver quelqu’un avec qui te réchauffer sous la couette. Tu regardes les petits couples qui partagent un café citrouille, ceux qui se bécotent dans le métro, ceux qui marchent main dans la main, les yeux plein d’amour…. On dirait qu’ils apparaissent tous à l’automne misère !… Ça donne le goût…

Détrompe-toi, c’est « nice » le célibat. Tu fais c’que tu veux, quand tu veux et avec qui tu veux. T’apprend à te connaitre, tu prends du temps pour toi… Sauf qu’à un moment donné, t’es tannée d’être toute seule… seule avec toi-même.

J’vais te le dire c’que t’as ! Ça ma chère, ça s’appelle le Blues de l’automne. C’est lui qui t’amène différentes pensées comme : devenir propriétaire de 10 labradors ou de devenir sœur dans un couvent. Ça pas l’air si pire… Y’a toujours du monde à Messe… Mais l’idée qui suit va être encore pire : l’application Tinder ! Oui, oui j’te vois déjà sourire en lisant le nom. Pourtant, toute célibataire (mens-moi pas) a passé par là !

Au début, tu te dis que t’as pas besoin de ça parce que c’est surtout fait pour ceux qui veulent passer sous la couchette dès le premier soir et ça, même si y’a quelques profils alléchants, c’est pas ton genre. Ok. Ok. Mais après, t’entends ces histoires où les filles trouvent des chums tellement extraordinaires que ça finit par te tenter. Toi aussi tu veux ta Tinderella Story tsé.

Elles t’ont convaincu ! Tu la télécharge l’application parce que toi aussi tu veux vivre le grand amour… Ce que tu ne sais pas encore, c’est que ta vie amoureuse va devenir un endroit très sombre…

Rassure-toi, si t’es du genre aventureuse, t’as pas passé par là (jusqu’à preuve du contraire), mais toutes ces vieilles filles romantiques qui sortent pas elles, ELLES ELLES Y ONT GOUTÉ !!!

Tu commences par te monter un profil béton (photos de toi beaucoup trop belles pour être représentatives de toi au quotidien) où tu dis aimer les animaux et la musique (tu mets toutes les chances de ton bord tsé) et tu commences a swiper comme une p’tite folle ! C’est tellement nice de pouvoir te magasiner un futur en pyjama. Le bonheur quoi ! Pourquoi t’as pas utilisé ça avant ! Tu vois, le malheur prend forme ici, lorsque tu te rends compte que les personnalités des autres sont loin de correspondre (la plupart du temps) à la tienne …

  • T’as le gars qui te parle juste pas. Ok.
  • T’as le gars qui commence la conversation par : Sup ! T’avales-tu toé ?
  • T’as le gars qui t’envoie un « allo » et qui ne te répond plus jamais.
  • T’as le gars qui parle comme y marche.
  • T’as le gars qui est sur Tinder juste parce qu’il n’est pas capable de se faire l’amour à lui-même. (On pogne toutes ce narcissique-là, t’inquiète pas.)
  • T’as le gars qui veut que tu sois la mère de ses 10 enfants.
  • T’as le gars qui est tellement gêné qu’il va peut-être vomir d’angoisse.
  • T’as le gars avec qui ça clic full

Lui il t’intéresse. Il ne sonne pas comme un psychopathe (du moins pour l’instant) et vous avez un paquet d’affinités. Celui-là c’est peut-être le bon et ça tombe bien parce qu’il veut aller prendre une bière jeudi. Vendu !

Tu comprendras assez vite en le cherchant des yeux qu’il ne ressemble en rien à sa photo de profil… Faut dire que tu l’as même pas reconnu. Ça part mal.

Après avoir mis cette robe là et t’être pouponner pour rien, peut-être vas-tu continuer à t’acharner et à accumuler quelques dates encore. Ce sont de belles qualités la détermination et la persévérance. Je ne te les enlèverai pas.

Parfois c’est eux aussi qui sont déçus de te voir la face, des fois…des fois, des fois…

Y’a toujours quelque chose de pas correct. Je sais fille. Je sais.

Tu vas probablement retourner caresser les options du début… C’est pas si mal de vivre seule dans une grande maison animée par 10 chiens après tout !

Finalement, un peu amère, tu réalises que l’amour sur les réseaux sociaux c’est pas facile (un peu comme dans la vie réelle tsé) et c’est peut-être juste pas fait pour toi. C’est probablement toi le problème. Comme diraient tes ‘’bonnes amies’’ « T’es trop sélective, trop exigeante, pas assez sexy, bla bla bla »… Bullshit ! Comment ça les gentils garçons s’intéressent pas à toi ? Ou sont les bons gars que tu recherches depuis des années ? Personne le sait apparemment.

Du coup, tu supprimes l’application. Tu sors avec des amies, rencontre des gens intéressants, mais au bout du compte tu t’es juste appauvrie et t’es encore seule. À un moment donné, t’oublies ton statut parce que t’étudies comme une malade et tu travailles en même temps. Dans le fond, t’as même pas le temps d’avoir un chum.

Et là là, là là tu tombes sur une de tes amies qui vient de casser avec son copain (on en a toujours une). La catastrophe ! Elle veut sortir TOUT LE TEMPS et séduire tout ce qui bouge et évidemment t’es entrainé dans ce tourbillon d’émotions et de sorties. Puis, elle trouve un moyen moins coûteux pour se payer du bon temps : Tinder. Ah non ! Pas encore ! Eh oui !

Après une série de « Si je mets Tinder t’as pas le choix!», « Ça va être drôle on va chasser ensemble!», « Ça va être cool on va pouvoir faire des double dates! ». Elle t’a convaincu, amené dans le vice. Tu le réinstalles pour y faire plaisir et aussi un peu parce que ça te manquait de magasiner des mâles dans le confort de ton sofa.

Histoire courte, elle, elle a ben du fun. Ça accumule les conquêtes et ça te va qu’elle laisse aller son fou de façon intelligente (parce que tu te protèges quand tu t’amuses tsé) parce que tout ce que tu veux c’est qu’elle soit heureuse…du moins, pour un petit bout ! Et puis, toi dans tout ça ? Toi tu magasines tranquillement, t’as perdu l’enthousiasme d’autre fois, mais bon. C’est comme un sac de chip. Une fois tu commences, tu peux juste pas t’arrêter. Tu vas tomber sur un profil. Un pas comme d’habitude. Habituellement, tu les choisis couper au couteau, hyper-photogénique avec une odeur de mâle alpha (oui oui on peut sentir des phéromones via une photo), mais celui-là y’est spécial. Y’a le look gros nounours qui a sa vie en main… Le gars est étudiant, y’a 3 photos sur 5 qui sont pas full réussies, mais sans pouvoir te l’expliquer tu bloques sur ce profil-là. Tu te dis « boff au pire on va pas matcher » et tu swipes.

MATCH.

Rendu ici, c’est ton scénario. Finalement c’est peut-être un crotté… Ou l’homme de ta vie.

Ça arrive que ça fonctionne. Faut juste se donner la peine d’ouvrir les yeux et de se donner une chance de rencontrer. Au départ, l’amour sur le net, je trouvais ça bizarre moi aussi. Simplement parce que tu l’sais pas ce que l’autre personne dégage, tu l’sais pas, c’est peut-être un fou ! Mais entre moi pi toi pi la boîte à beurre, le gars que tu rencontres quand t’es un peu cocktail dans un party de mi- session, c’est peut-être un fou lui aussi. En plus, on fait partie d’une génération qui concilie étude et travail. Toujours le nez devant nos écrans. Comment veux-tu faire des rencontres autrement ? (T’as beau demander à l’univers, fille ça fonctionnera pas …j’ai essayé).

Bref, éloignez-moi l’idée de faire la promotion de sites et applications de rencontres (même si ça vraiment l’air de ça). La morale de mon intervention est simple. T’as qu’une seule vie à vivre (pis est courte) alors si tu sens que t’as besoin d’un coup de pouce, utilise le moyen qui te convient le mieux ou sort de ta zone de confort. La, écoute-moi bien. Quand je dis de sortir de ta zone de confort, faut pas faire la niaiseuse non plus. Tu comprends ? On se comprend.
Wow, le maudit chanceux qui va te rencontrer !

 

One thought on “Les aventures de Tinderella par Kim Charbonneau

  1. gilles legault

    La vie doit etre vecu si on existe seulement comme un pot de fleur sur comptoir une goutte d’eau fraiche et un peu de soleil mais la vie ca devrait etre plus beau que ca…Oui on traverse des obstacles des pertes de personnes qu’on aime mais on doit toujours avancer un pas a la fois et tout s’arrange, oui ont pensent a ceux qui on passer dans notre vie mais il on une autre mission a faire et nous la notre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s