Pourquoi envoyer son enfant au camp de jour? par Marina Moenner

Synonyme de joie de vivre, de plénitude et de repos, l’été est une saison que tout le monde semble attendre avec impatience, en comptant les jours jusqu’à l’atteinte de la liberté (il en reste à l’heure actuelle moins de 30!). C’est la période de l’année où l’on se sent le plus calme, où l’on entend uniquement les chants des oiseaux, le bruissement des feuilles dans le vent… et les hurlements et les pleurs des enfants qui envahissent les piscines et les parcs publics. 

Les groupes des camps de jour ou de vacances que nous sommes amenés à côtoyer, parfois quotidiennement pendant l’été dans les espaces publics, peuvent parfois déranger notre tranquillité d’esprit, mais il est si important pour ces jeunes de se défouler et de lâcher leur fou. Ces camps permettent ainsi aux jeunes de profiter d’un certain temps de qualité et d’amusement avant de retourner aux devoirs et aux travaux, tout en donnant des vacances d’autant plus méritées aux parents ! 

Les camps de jour sont d’ailleurs des univers diversifiés, qui permettent aux jeunes de vivre des aventures incroyables, entourés de leurs amis, dans un environnement amusant et sécuritaire. Il existe des camps pour tous les âges et pour tous les goûts : ceux pour les aventuriers, les curieux, les spécialistes, les énergiques, etc. Cet environnement haut en couleur détonne par rapport au milieu scolaire, plutôt routinier et exigeant, et constitue véritablement une aire de jeu, une partie de plaisir pour les enfants. Toutefois, les avantages des camps ne se limitent pas à cela : de bien nombreux bienfaits ont été observés chez des enfants fréquentant ces organisations, autant lors de leur passage qu’après. 

En effet, une étude réalisée par le Dr Troy Glover et son équipe de recherche de l’Université de Waterloo, publiée en 2011, portait sur les bienfaits associés à la fréquentation des camps. Celle-ci a recueilli des données de 1295 enfants de camps variés, en évaluant précisément cinq composantes, considérées comme clés en ce qui a trait au développement de la personne : l’intégrité sociale et la citoyenneté, la conscience environnementale, l’intérêt pour l’activité physique, l’intelligence émotionnelle ainsi que la confiance en soi et le développement personnel. Les résultats de l’étude vinrent ainsi souligner que les camps d’été participent activement au développement de ces cinq éléments, et favorisent ainsi l’évolution positive de l’enfant, évolution qui serait permanente et perdurerait après le retour du jeune dans sa routine habituelle. 

65% des jeunes améliorent leurs aptitudes à créer de nouvelles amitiés, tout en développant des compétences et des moyens de régler des conflits, ce qui serait dû au fait que le camp serait un environnement sécuritaire qui promeut le sentiment d’appartenance. 69% auraient vu un accroissement de leur intelligence émotionnelle, ce qui leur permet de comprendre et d’évaluer leurs émotions subjectives, en plus de celles d’autrui. 67% auraient développé leur autonomie et leur confiance en soi, tandis que 61% sont plus enclins à faire des activités physiques, et ce, même après le retour à la maison. Ainsi, les enfants fréquentant un camp seraient confrontés à des situations absentes de leur routine quotidienne, et ces nouveaux défis leur feraient vivre de nombreuses expériences qui favoriseraient leur développement, indépendamment de leur âge et de leur sexe. L’étude rapporte même que les enfants ayant régulièrement fréquenté les camps poursuivaient leur évolution à chaque été. 

Les camps spécialisés

Pour les enfants (ou adultes) ayant des besoins particuliers, plusieurs options leur sont également offertes lors de leurs vacances d’été. Il est possible d’aller dans un camp de jour régulier, en les intégrant avec un intervenant à leurs côtés, si le besoin est nécessaire. L’inclusion sociale de tous est importante et, par ailleurs, un camp n’a pas légalement le droit de refuser un jeune avant d’avoir considéré tous les accommodements possibles (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Québec, sd). 

Cet été, pour la troisième année consécutive, j’aurai la chance de passer mes vacances à rire et jouer à l’extérieur avec de nombreux enfants dynamiques et attachants. Dans mes groupes des étés passés, il y avait souvent un ou deux jeunes qui avaient besoin d’une attention plus particulière. L’un d’entre eux, que j’ai gardé à mes côtés tout l’été, avait un TSA (trouble du spectre de l’autisme). Malgré les premières semaines plus difficiles, j’ai trouvé absolument magnifique de voir les réactions des autres enfants évoluer, en plus de voir le jeune se sentir de plus en plus à l’aise. Selon moi, dans la mesure du possible, il est primordial d’intégrer ces enfants dans le même environnement que celui des enfants neurotypiques. Je trouve que cette mixité que l’on retrouve rarement dans les écoles constitue l’une des plus belles expériences, qui s’avère enrichissante autant pour les jeunes neurotypiques que ceux avec un TSA, voire pour l’animateur.  

Également, il y a la possibilité de s’inscrire à un camp spécialisé, qui est totalement adapté pour les besoins nécessaires : le personnel est formé et apte à intervenir, et les ratios accompagnateurs-enfants sont généralement réduits. Dans les deux cas, les camps sont des endroits parfaits afin de se regrouper et de se dépasser tout en s’amusant. 

Somme toute, les camps sont des endroits ludiques et sécuritaires qui permettent aux enfants de se dépasser et de s’épanouir sur de nombreux aspects qui leur seront utiles toute leur vie. Les jeunes d’aujourd’hui sont véritablement le futur de demain, ce que de nombreuses compagnies, telles que Tim Hortons et Canadian Tire semblent comprendre en développant des fondations visant à financer le séjour au camp d’enfants issus de familles en difficulté financière. En effet, tous devraient avoir le privilège de bénéficier des nombreux avantages offerts.

Texte révisé par Marie Taillefer

Références

Association des camps du Québec (s.d.). Repéré à https://camps.qc.ca/fr/parents-et-enfants/accueil

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Québec (s.d.). Camps de jour et enfants en situation d’handicap : des obligations juridiques. Repéré à http://www.cdpdj.qc.ca/Publications/obligations_campsdejour_handicap.pdf.

Glover, Troy., Chapeskie, Amy., Mock, Steven., Mannel, Roger., Feldberg, Hannah (2011). The Canadian Summer Camp Research Project : examining the outcomes of the Canadian Summer Camp Experience. Repéré à http://ccamping.org/wp-content/uploads/2012/11/CSCRP-Report-reduced.pdf

Tim Horton (2019). Retombées dans les communautés. Repérées à https://www.timhortons.com/ca/fr/childrens-foundation/impact-sur-la-communaute.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s