Fière bachelière – Par Charlène Morier

20 mars 2022

Le trimestre « Hiver 2022 » tire à sa fin et marque simultanément les derniers jours à mon parcours au baccalauréat en psychologie. J’ai eu un parcours quelque peu atypique en complétant mon baccalauréat en 4 ans. Je me souviens du lot d’émotions qu’avait procuré chez moi la décision de prolonger ma formation académique. Après une première année difficile en termes d’apprentissages de ce que c’est qu’être étudiante universitaire, ma fierté était écorchée par des résultats moindres à ce que j’anticipais. Au cours des deux années qui ont suivi, j’ai dû rebâtir ma confiance en mes capacités de réussite pour en arriver à dire que mes notes ne me définissaient pas. J’admets avoir trouvé difficile de dire au revoir au métier que je désirais depuis ma troisième année du secondaire.  Il fut un temps où j’ai même regretté d’avoir dit à mon entourage que j’aspirais à être psychologue puisque j’ai réalisé toute la pression et le mal être que ça me procurait de devoir annoncer que je changeais d’orientation. À refaire, je ne mettrais pas seulement le métier de psychologue sur un piédestal afin d’envisager mes autres options avec plus d’enthousiasme dès le début. 

Suite à plusieurs échanges assez émotifs avec mes amies proches, on en venait à réaliser que ce n’est pas un mythe; nous sommes bel et bien dans le même bateau. Dans ces moments de confidence, les mots « validation » et « authenticité » ont pris tout leur sens pour moi. Effectivement, à toustes ceux et celles qui liront ces lignes; vous n’êtes pas seul.e.s à ne pas vous sentir à la hauteur parfois. Je crois qu’inconsciemment on se laisse tomber dans le brouillard des aspirations aux cycles supérieurs comme s’il n’y avait que cette voie qui comptait sans envisager d’autres options.

Le baccalauréat de psychologie ne sert pas seulement à accéder aux cycles supérieurs universitaires du programme de psychologie! Conjugué avec un certificat, une mineure, une majeure ou ce que vous voulez, vous pouvez vous forger un curriculum vitae en béton! Il est possible de se retrouver à travailler pour des organismes communautaires dans lesquels vous pourrez aller chercher des expériences riches en apprentissages. 

Durant mon parcours j’ai rencontré des personnes dont la présence fut éphémère à mes côtés sur les vieux sièges du pavillon Marie-Victorin. Ces personnes ont simplement suivi leurs aspirations dominantes et ont bifurqué vers des domaines différents dans lesquels elles brillaient davantage, tels que la technique policière, l’enseignement au secondaire, les médias, la communication, etc. J’ai réalisé que ces personnes paraissent toutes heureuses et épanouies dans les domaines qui les faisaient davantage vibrer. 

Au cours des quatre dernières années, je me suis souvent trouvée dans des conversations sur les parcours académiques des gens que je rencontrais. Tellement m’ont ouvert les yeux sur l’infinitude de cheminements possibles m’ayant, par le fait même, permis de respirer. Quel soulagement ce fut pour moi de sortir de cette pression de devoir à tout prix aller faire quelque chose qui, dans la société, est vu comme faisant du sens : « tu étudies en psychologie, donc tu vas faire le doctorat! Wow ». « Non, pas nécessairement » devrait-on répondre sans honte, sans peur d’être jugé.e.s, sans peur d’être dévalué.e.s. 

Donc à toustes ceux et celles levant la main quand les professeur.e.s et chargé.e.s de cours demandent en début de session : « qui souhaitent devenir psychologue? », j’espère qu’avec mes mots je vous aiderai à ne pas vous sentir mal de déroger de ce chemin pour en poursuivre un autre qui sera tout aussi gratifiant. Selon mon expérience personnelle, je trouve qu’on valorise trop souvent le fameux « doctorat », alors que la majorité des étudiant.e.s au baccalauréat aboutira ailleurs. J’ai comme souhait qu’on valorise davantage les diverses possibilités telles que les changements d’orientation, les mineures, les majeures, les maîtrises, le marché du travail, le retour aux études, etc. Après tout, même si ça peut être évident, nous avons besoin de toute sorte de gens pour former notre monde. 

À quelques pas de la ligne d’arrivée, je jette un coup d’œil derrière moi et je suis honnêtement et profondément fière de moi. J’aurai réussi mes 90 crédits, mes 30 cours, mon baccalauréat en traversant à la fois des expériences personnelles, une pandémie et plusieurs épreuves de vie extérieures à l’Université. Félicitations à toustes les finissant.e.s peu importe votre cote Z! 

Texte révisé par Georgiana Taucean

Référence :

Freepik. (s. d.). Free Photo | Square academic hat [image en ligne]. Pinterest. https://pin.it/61T6sMB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s