23 filles mariées chaque minute – par Sophie-Catherine Dick

Le mariage d’enfant ou de mineur est défini comme étant le mariage légal ou l’union informelle, souvent religieuse, où une ou deux des personnes ont moins de 18 ans. Selon les législations en place dans chaque pays, ce mariage ne requiert pas nécessairement le consentement de la personne mineure, mais plus généralement celui de ses tuteurs légaux (Taylor, 2019). Peu importe ce que la loi dit, le mariage d’enfant est une violation des droits humains fondamentaux (UNICEF, 2019).

Cet article ne se penchera que sur les filles-épouses (traduction libre de « child-brides »), vu la thématique féministe de cette édition de l’Amnésique, et compte tenu de la réalité statistique. En effet, le mariage d’enfant touche les jeunes filles beaucoup plus que les jeunes garçons, malheureusement et sans surprise (Taylor, 2019).

Actuellement, 1 femme sur 5 est mariée avant ses 18 ans. À travers le monde, cela correspond à 650 millions de femmes actuellement en vie qui ont été mariées lorsqu’elles avaient moins de 18 ans (UNICEF, 2018). La plus grande prévalence de mariage d’enfants est concentrée en Afrique de l’Ouest et subsaharienne, où 4 filles sur 10 sont mariées avant l’âge de la majorité. Selon un rapport de l’UNICEF publié en juin 2019, 12 millions de filles mineures sont mariées chaque année à travers le monde (UNICEF, 2019).

C’est 23 jeunes filles chaque minute.

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi tant de familles et de communautés emploient encore le mariage d’enfants. La pauvreté est souvent un facteur lié à ce phénomène. Plus de 50 % des filles des familles les plus pauvres des pays en développement sont mariées avant l’âge de 18 ans. Plusieurs normes culturelles et traditions religieuses entrent aussi en jeu. Le mariage peut être vu comme un moyen de protéger les filles des relations sexuelles prémaritales et de la grossesse hors mariage. Certaines cultures considèrent que les menstruations d’une fille la rendent prête au mariage. Un manque d’éducation est aussi lié au mariage d’enfant. Les filles ayant un plus bas niveau d’éducation sont plus à risque d’être mariées avant leur majorité (Taylor, 2019; International Center for Research on Women [ICRW], s.d.).

Le mariage d’enfant affecte la vie d’une jeune fille dans toutes ses sphères. Pour la plupart, cela entraine leur déscolarisation, ce qui limite beaucoup leurs opportunités et leur autonomie. En effet, selon un rapport d’UNICEF, pour chaque année passée sur les bancs d’école, une femme augmente ses futurs revenus de 15 % (Taylor, 2019).

Aussi, les filles-épouses sont beaucoup plus à risque d’avoir des problèmes de santé. Effectivement, une grossesse peut être très dangereuse pour le corps d’une jeune fille, même si elle est physiologiquement capable de procréer. À travers le monde, les complications durant la grossesse et l’accouchement sont la cause de mort principale pour les filles de 15 à 19 ans. De plus, les filles-épouses ont aussi plus de chance d’être atteintes du VIH, puisqu’elles marient souvent des hommes plus âgés ayant plus d’expériences sexuelles (Taylor, 2019 ; ICRW, s.d.).

Ensuite, se marier avant 18 ans augmente aussi les risques de vivre de la violence pour les jeunes filles. Les filles-épouses peuvent être jusqu’à 2 fois plus à risque de rapporter avoir été battues, giflées ou menacées par leurs maris. Les filles-épouses sont aussi fréquemment victimes d’abus sexuels, d’état de stress post-traumatique et de dépression sévère (Taylor, 2019 ; ICRW, s.d.).

Pour diminuer le nombre de mariages d’enfant chaque année, plusieurs solutions ayant démontré leur efficacité peuvent être mises en place : favoriser l’autonomie des femmes et des filles avec de l’information ; travailler avec les communautés pour les aider à comprendre les risques liés au mariage d’enfant ; offrir plus d’opportunités aux ménages vulnérables ; assurer une éducation, un système de santé et une protection aux enfants ; créer un environnement légal et politique protégeant les enfants et travailler avec les leaders religieux pour changer les normes culturelles (Taylor, 2019 ; UNICEF, 2018).

Toutefois, il est facile de penser que cette problématique est celle de pays en développement, loin du nôtre. Le fait est que, ici même au Canada, le mariage d’enfants est encore un enjeu.

Une recherche d’Alissa Koski, de l’Université de McGill, révèle que le Canada a émis 3382 licences de mariages pour des mineurs depuis l’an 2000. L’Ontario, l’Alberta et le Québec sont en tête, ce dernier avec 590 mariages approuvés (Brean, 2019). Ces chiffres sont une sous-estimation, selon Koski, puisqu’ils n’incluent pas les enfants sortis du pays pour être mariés, puis rapatriés (Rodriguez, 2019).

Aux États-Unis, la majorité des enfants mariés sont des filles, et elles sont généralement mariées à des hommes significativement plus âgés (Brean, 2019). Même en Amérique du Nord, les filles-épouses sont plus à risque de vivre dans la pauvreté, d’avoir des problèmes de santé mentale et physique et des problèmes d’abus de substances (Rodriguez, 2019).

Actuellement, la Loi sur le mariage civil au Canada statue que l’âge minimal pour se marier est de 16 ans, avec le consentement parental pour les mineurs (Brean, 2019). Toutefois, cet amendement ne date que de 2015 (Rodriguez, 2019). En effet, avant cette modification, l’âge minimal pour le mariage civil était de 12 ans pour les filles, et de 14 ans pour garçons. Reformulons : avant 2015, au Canada, une enfant de 12 ans pouvait être mariée si c’était le souhait de ses parents (La capacité des jeunes, s.d. ; Radio-Canada, 2019).

Avant 2015, pour ce qui a trait des lois sur le mariage d’enfant, le Canada ressemblait plus au Niger et à la Bolivie qu’à tout autre pays occidental industrialisé (Khazan, 2015). Certes, la loi a été changée, mais le mariage de mineurs demeure légal, alors que le gouvernement a parrainé une résolution de l’ONU visant à éliminer le mariage d’enfant dans « tous les pays » (Rodriguez, 2019).

Le gouvernement libéral finance les campagnes visant à éduquer les jeunes filles à propos de leurs droits et à éradiquer le mariage d’enfant à travers le monde. Trudeau fait du féminisme une des pierres angulaires de ses politiques sociales, et milite pour le changement des mœurs dans les pays du Tiers-Monde. Pourtant, le mariage d’enfant est toujours bel et bien légal et employé au Canada, où ses conséquences ne diffèrent pas de celles des pays en développement. Un peu ironique, non ?

Révisé par Camille Bolduc-Boyer


Références

Brean, J. (2019, 11 juin). Child marriage “legal and ongoing” in Canada, researcher finds. National Post. https://nationalpost.com/news/canada/child-marriage-legal-and-ongoing-in-canada-researcher-finds

ICRW. (s.d.). Child Marriage: facts and figures. Repéré à https://www.icrw.org/child-marriage-facts-and-figures/

Khazan, O. (2015, 9 mars). A Strange Map of the World’s Child-Marriage Laws. The Atlantic. Repéré à https://www.theatlantic.com/international/archive/2015/03/child-marriage-map/387214/

La capacité des jeunes de prendre leurs propres décisions et la culture juridique : l’âge minimum du mariage. (s.d.) Repéré à : https://ojen.ca/wp-content/uploads/Lage-minimum-pour-se-marier_0.pdf

Radio-Canada (2019, 8 mars). Le mariage civil célèbre ses 50 ans au Québec. Repéré à https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1155547/mariage-civil-celebrant-quebec-histoire-archives?fbclid=IwAR0nfS1vGZB1K6VjcQ4ofULbVj0l9Wa5cq7YJnOixS5rBB1EA2IIhBdDsQA

Rodriguez, J. (2019). Child marriage in Canada means country’s efforts to end it abroad are “insincere”: researcher. CTV News. Repéré à https://www.ctvnews.ca/canada/child-marriage-in-canada-means-country-s-efforts-to-end-it-abroad-are-insincere-researcher-1.4467778

Taylor, K. (2019). Child marriage: facts from around the world. World Vision Advocacy. Repéré à : https://www.worldvisionadvocacy.org/2019/07/31/the-facts-on-child-marriage/

UNICEF. (2018). 25 million child marriages prevented in last decade due to accelerated progress, according to new UNICEF estimates. Repéré à https://www.unicef.org/press-releases/25-million-child-marriages-prevented-last-decade-due-accelerated-progress-according

UNICEF. (2019). Child Marriage. Repéré à https://data.unicef.org/topic/child-protection/child-marriage/


À lire

« Tu n’es pas comme les autres filles » – par Rhita Hamdi

Le silence décrié qui terrifie – par Marie Tougne

2 réponses sur « 23 filles mariées chaque minute – par Sophie-Catherine Dick »

  1. Ping: La poupée – par Sarine Demirjian – L'AMNÉSIQUE

  2. Ping: « Je ne suis qu’une femme » – par Juliette Meyer – L'AMNÉSIQUE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s