Le coeur de Montréal – Par Axelle Roux

La ville de Montréal se dessine à travers le hublot. « La voilà enfin », me dis-je. Rien d’impressionnant et pourtant émouvant, le chemin entre l’aéroport Trudeau et le centre de la ville me provoque toujours cet étrange sentiment de liberté.

Une fois reposée du voyage, je redécouvre ma ville en sillonnant ses rues ensoleillées et fleuries. La dernière fois que je les ai vues, elles étaient grises et enneigées. Je m’émerveille alors devant ce spectacle, en longeant le boulevard Saint-Laurent que j’aime tant. 


Je profite de ces retrouvailles pour songer à cette ville qui m’a accueillie et qui m’a tant appris depuis. À cette ville qui a assisté à ma seconde naissance – une renaissance. Je m’abandonne au fil des allées : Villeray, plus vivant que jamais, Outremont sublimé de ses grandes maisons et le Mile End, que je ne connaissais alors que trop peu, deviendra l’un de mes secteurs favoris. Je prends le temps de m’enivrer de cette atmosphère unique en passant par les nombreux parcs qui résonnent des rires de ceux et celles qui s’y réunissent, une bière à la main pour certain.e.s, une guitare pour d’autres. Les sons se mélangent et retentissent pour m’offrir un tableau enjoué que je veux graver dans ma mémoire. 

Je continue d’un pas décidé sur la rue Saint-Denis pour tourner à droite à la prochaine intersection : direction Le Plateau, mon nouveau quartier. Rien d’original à être une Française et d’habiter dans ce quartier, mais que voulez-vous ? Sa gaité a su me charmer et en cet instant, le cœur de Montréal faisait battre le mien, m’emplissait de joie à l’idée que je me considérais désormais comme chez moi. 

Quelques mois plus tard, me retrouvant de nouveau devant le hublot, ce même dessin, cette fois-ci, s’éloigne de moi. Je repars dans mon pays natal pour quelque temps, et tandis que je contemple la ville de Montréal rétrécir peu à peu pour ne devenir qu’un point au loin, puis plus rien, je rêve déjà du jour où je la reverrai.

Révisé par Anouk Tomas


Références

Samacoïts-Etchegoin, D. (2019, 28 juillet). Saint-Henri, Montréal, Canada [image en ligne]. Unsplash. https://unsplash.com/photos/zusEvlXvytA


À lire

22 – Par Ella Jussen Larouche

Les émeutes ne servent à rien – Par Sophie-Catherine Dick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s