Prendre son temps: ce que nous pouvons apprendre des escargots – Par Eugénie Adlhoch-Mathé

Il y a quelques semaines, je me suis fait mal au dos. Je me suis penchée brusquement, et puis voilà, impossible de me déplacer sans que mon dos spasme de douleur. Après avoir déployé un rythme de vie effréné pendant des mois, je ne peux pas dire que j’étais surprise que mon corps me lâche. Suite à cette douleur, j’ai eu à adopter, pour quelque temps, un rythme de vie plutôt lent. Bref, un rythme similaire à celui d’un escargot. C’est d’ailleurs ce qu’Elisabeth Tova Bailey raconte dans son livre délicat et étonnant, intitulé The Sound of a Wild Snail Eating. Ce livre est narré par une femme gravement malade qui observe un escargot. Cette femme, confinée à son lit, se retrouve à apprendre de son compagnon escargot. 

Ces petites créatures lentes et gluantes se déplacent avec souplesse et fluidité. Elles savent conserver leur énergie (Bailey, 2010). Les escargots sont étonnamment curieux; ils aiment explorer et glisser petit-à-petit dans leur environnement pour ausculter chaque recoin de leur habitat. Ils se fondent si bien dans leur milieu qu’il est facile de les oublier (Bailey, 2010). Leurs petits tentacules forment un système olfactif complexe. En effet, les deux tentacules de devant, au ras du sol, leurs permettent de goûter, alors que ceux du haut, leurs antennes, portent leurs yeux tout au bout et sont parsemés de milliers de récepteurs olfactifs (Bailey, 2010). Immergés dans leur monde de silence, les escargots naviguent vers l’avant, guidés par leur odorat, leur goût et leur toucher. Ils adaptent leur comportement selon leur mémoire et leur environnement (Bailey, 2010). Ils sont presqu’une extension du sol. Les escargots n’ont pas le choix d’écouter leurs sens et de vivre dans le moment présent. 

Les escargots bougent lentement, et peuvent être immobiles durant de longues périodes. Lorsque les conditions ne sont pas favorables à leur survie, ils entrent dans une période de dormance et de léthargie s’intitulant l’estivation, en été, et l’hibernation, en hiver (Bailey, 2010). Pour ce faire, l’escargot grimpe et s’attache au tronc d’un arbre grâce à son mucus. Il fabrique ensuite sa propre petite porte de mucus afin de bloquer l’entrée à sa coquille pour pouvoir passer du temps seul. Il peut ainsi estiver ou hiberner pendant plusieurs semaines ou mois, dans un silence parfait, protégé du monde (Bailey, 2010). On peut voir cela comme étant de belles vacances pour un petit escargot. Le repos est un élément essentiel à sa survie et à son bien-être.  

  Les escargots vivent dans un monde qui nous semble au ralenti. Il serait facile d’assumer que leur lenteur les rend vulnérables et exposés aux dangers. Pourtant, ce déplacement alangui peut leur offrir un avantage de qualité. La lenteur protège les escargots des prédateurs dont les réflexes sont activés par le mouvement instantané et hâtif d’une proie (Bailey, 2010). L’escargot ondule doucement, silencieusement, à l’abri de tels prédateurs (Bailey, 2010). Le rythme d’un escargot peut nous sembler si ennuyeux, mais pourtant, nous pourrions aussi considérer leur lenteur comme une force. La lenteur nous protège. Elle nous ramène au moment présent. Elle nous signale qu’il ne faut pas attendre que la maladie ou une blessure nous force à nous poser, nous reposer ou nous déposer. 

Bien sûr, les escargots n’ont pas à se préoccuper d’argent, d’examens, ou même de travail. L’association entre le temps et la productivité (qui est aussi souvent associée à l’argent) est profondément ancrée dans notre réalité. Dans notre société, prendre son temps peut être associé à un certain niveau de privilège ou de confort (Sharif et al., 2010). Par exemple, l’idée de prendre son temps n’est pas forcément accessible à une personne monoparentale qui travaille et étudie à temps plein. Plusieurs personnes ont l’impression de manquer de temps et aimeraient en avoir plus (Sharif et al., 2021). Le sentiment de manquer de temps peut avoir des effets néfastes d’un point de vue physique et mental (Sharif et al., 2021). Une étude révèle que l’importance n’est pas d’avoir plus de temps, mais plutôt de prendre conscience de la manière dont nous utilisons ce temps (West et al., 2021). Par exemple, l’étude démontre que de considérer sa fin de semaine comme une petite période de vacances permet de ralentir notre train de vie. Effectivement, ces vacances offrent un moment de répit, de pause et de respiration avant de reprendre un rythme de semaine. Surtout, les vacances permettent de se concentrer sur le moment présent, ce qui, selon l’étude, est associé à un plus grand sentiment de bonheur et à un meilleur bien-être (West et al., 2021). Prendre son temps ne veut pas dire perdre son temps. Il faut comprendre que chaque heure compte, et prendre conscience des activités qui les remplissent afin de se laisser les vivre pleinement (Castel, 2017). 

En ce qui concerne les escargots, ils semblent avoir compris l’importance et la richesse de la lenteur. Prendre son temps, ça laisse de la place pour apprécier des choses qui passent trop vite. Je vous souhaite donc de ne pas attendre que votre corps en arrache avant de bouger plus lentement. Parfois, il faut être un escargot. 

Texte révisé par Myriam Phaneuf

Références

Azeret33. (2019, 31 décembre). Escargot Jardin Conque [image en ligne]. Pixabay. https://pixabay.com/fr/photos/escargot-jardin-conque-nature-4729777/

Bailey, E. T. (2010). The Sound of a Wild Snail Eating. Books of Chapel Hill. 

Castel, A. (2017). Why Should We Slow Down? The Lost Art of Patience. Psychology Today. https://www.psychologytoday.com/ca/blog/metacognition-and-the-mind/201706/why-should-we-slow-down-the-lost-art-patience 

Sharif, M., Mogilner, C. et Hershfield, H. (2021). Having Too Little or Too Much Time Is Linked to Lower Subjective Well-Being. Journal of Personality and Social Psychology. 121(4), 933–947. https://doi.org/10.1037/pspp0000391

West, C., Mogilner, C. et DeVoe, S. (2021). Happiness From Treating the Weekend Like a Vacation. Social Psychology and Personality Science, 12(3), 346-356. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s