Effets psychologiques des plantes sur l’environnement de travail – Par Jérémy Bigras

Vous rêvez d’être plus productif.ve, plus concentré.e, plus créatif.ve et moins stressé.e (qui n’en rêve pas) ? Facile, achetez-vous des plantes (Juneau, 2020). Votre seul défi : les garder en vie !

Durant la pandémie de COVID-19, entre 2019 et 2020, les ventes horticoles ont augmenté de 6,4 %. Cette hausse est en partie due au confinement : le fait que les personnes soient en permanence à la maison les amène à vouloir investir davantage dans leur aménagement intérieur, souvent en y intégrant quelques plantes (Gouvernement du Canada, 2021). Ce faisant, ces personnes favorisent leur chance d’atteindre et de maintenir une bonne santé mentale, et ce, souvent sans même le réaliser. Avec le retour progressif du travail en présentiel, ces individu.e.s ont dû quitter le confort de leur jungle paisible pour rejoindre le cubicule terne les attendant au huitième étage d’un immeuble en plein centre-ville. Certain.e.s ont eu le loisir de pouvoir apporter quelques spécimens à feuilles avec eux, d’autres n’ont pas eu cette opportunité. Voici donc quelques arguments que vous pourrez utiliser pour convaincre votre patron.ne de permettre, ou même d’ajouter, des plantes d’intérieur dans votre environnement de travail. 

D’abord, les études sur les différents effets des plantes vertes en milieu de travail abondent. L’une d’entre elles, réalisée en Inde et aux États-Unis, suggère que l’exposition aux végétaux naturels augmente la satisfaction et l’implication des travailleur.euse.s. Les chercheur.euse.s expliquent cette observation par l’effet tampon que pourraient avoir les plantes sur le stress et l’anxiété générée par l’emploi (Juneau, 2020). D’ailleurs, leur simple présence faisait en sorte que des participant.e.s d’une recherche expérimentale étaient 12 % plus rapides pour exécuter une tâche que leurs compères qui réalisaient la même opération dans une pièce vide de verdure (Juneau, 2020). Une recherche norvégienne auprès de 385 sujets laisse entendre la même chose : une augmentation du nombre de plantes était corrélée à une augmentation de la productivité et à une diminution des arrêts de travail pour cause de maladie (Guéguen, 2012). Comme ce lien n’est que corrélationnel, d’autres chercheur.euse.s ont créé des conditions expérimentales pour évaluer la causalité de cette relation. Iels ont ainsi pu affirmer que la présence de plantes dans un lieu de travail diminue de façon directe la fréquence d’une multitude de symptômes physiques indésirables, amenant ainsi une éventuelle explication à la corrélation observée antérieurement (Guéguen, 2012). Dans une autre étude, 23 enfants coréens de 11 à 13 ans ont subi différentes formes d’exposition aux plantes vertes. Les résultats de l’appareil d’électroencéphalographie qu’iels portaient à la tête démontrent que la présence de verdure naturelle augmente l’attention, favorise la concentration et est associée à une humeur positive (Juneau, 2020). 

Aussi, il semblerait que la simple manipulation et l’entretien des plantes soient deux activités qui réduisent le stress psychologique, soit le sentiment d’être stressé.e, même si ces actions n’ont aucun effet direct sur le stress physiologique, mesuré notamment par le rythme cardiaque des sujets. Toutefois, lorsqu’une tâche de ce genre est mise en comparaison avec une tâche mentale ou informatique, on observe que le stress physiologique est significativement moins élevé après avoir pris soin d’une plante qu’après avoir fait un graphique Excel… mes études collégiales le confirment. 

Enfin, on ne peut parler des effets positifs des plantes sans aborder la purification de l’air. Plusieurs personnes, surtout en région urbaine, travaillent dans d’imposants édifices et la qualité de l’air à l’intérieur de ces bâtiments laisse souvent à désirer (Christian, 2016). Les plantes, sans surprise, sont des alliées importantes dans cette lutte à la pollution aérienne. Ce n’est pas pour rien que la forêt amazonienne, endroit où la concentration en plantes vertes est la plus importante, est souvent comparée analogiquement aux poumons de la Terre (même si nous savons aujourd’hui que les vrais poumons de notre planète sont les océans et le phytoplancton qu’ils contiennent) (Labelle, 2019). Un chercheur ayant travaillé pour la NASA dans les années 1970 aurait d’ailleurs réussi à décontaminer une bâtisse de ses composants organiques volatils, et ce, seulement par l’ajout de plantes vertes (Christian, 2016). Il faut toutefois apporter une nuance, car certaines études avancent que la quantité d’organismes verts doit être importante pour qu’un changement dans la qualité de l’air soit notable… Ce n’est pas en disposant d’un cactus à côté de votre chaise de travail que vous augmenterez votre espérance de vie de 10 ans, malheureusement (Juneau, 2020).   

Bref, plus d’une cinquantaine d’études rapportent que les plantes vertes diminuent l’émotivité négative au profit des sentiments positifs. Cette humeur améliorée amène son lot d’effets, notamment la réduction de l’inconfort physique (Juneau, 2020). Mais ne rêvez pas en couleurs, les plantes ne sont pas LA solution miracle qui vous permettra de rattraper facilement les retards que vous avez accumulés dans vos cours, ou qui fera en sorte que vous retrouverez le goût d’aller travailler. Mais bon, une chose est certaine, elles ne peuvent pas nuire!

Texte révisé par Victoria Xu

Références

Christian, E. (2016, 29 septembre). Les bienfaits des plantes vertes au travail. Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/805804/plantes-sante-pollution-travail-bureau 

GLady. (2014). Leaves plant [image en ligne]. Pixabay.  https://pixabay.com/photos/leaves-plant-lotus-leaves-foliage-318743/

Gouvernement du Canada. (2021). Aperçu statistique de l’industrie canadienne de l’horticulture ornementale 2020. https://agriculture.canada.ca/fr/agriculture-agroalimentaire-canada/secteurs-agricoles-du-canada/horticulture/apercu-statistique-lindustrie-canadienne-lhorticulture-ornementale-2020 

Guéguen, N. (2012, 10 juin) Productivité et bien-être au travail grâce aux plantes. Futura. https://www.futura-sciences.com/sante/dossiers/medecine-bien-etre-sante-nature-1491/page/5/ 

Juneau, M. (2020, 3 novembre). Les plantes d’intérieur ont-elles des effets bénéfiques sur la santé ?. Observatoire de la prévention. https://observatoireprevention.org/2020/11/03/les-plantes-dinterieurs-ont-elles-des-effets-benefiques-sur-la-sante%E2%80%89/ 

Labelle, A. (2019, 30 août) L’Amazonie « poumon de la Terre », vraiment?. Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1281246/bolsonaro-amazonie-poumon-terre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s