Le retour au travail après une lésion cérébrale – Par Elizabeth Wauthy

Une lésion cérébrale est une atteinte à l’encéphale ou aux méninges qui survient après la naissance. Il s’agit donc d’un trouble acquis pouvant résulter d’un traumatisme crânien, soit d’un choc survenu au niveau du crâne ou d’une lésion au cerveau, comme un accident vasculaire cérébral ou une tumeur (Bonche, 2021).

Les conséquences d’une lésion cérébrale peuvent être tout aussi complexes que variées. Bien qu’une telle lésion nécessite des soins médicaux rapides, une période de réadaptation dans laquelle plusieurs ajustements sont compris doit souvent elle aussi être faite. De plus, des impacts sur les habitudes de vie s’ajoutent aux dommages cognitifs et comportementaux que laissent une lésion cérébrale. Par exemple, la communication, les déplacements, la nutrition et le travail peuvent être affectés (Bonche, 2021).

Selon un article paru dans La Revue du Neurologue en avril 2006 et portant sur le retour au travail après un accident vasculaire cérébral (AVC), la reprise des activités professionnelles peut être liée à la sévérité initiale de l’AVC, sur laquelle se base le pronostic fonctionnel (Schnitzler et Pradat-Diehl, 2006). Un des éléments majeurs à considérer lors d’un retour possible au travail est la présence ou non d’une hémiplégie, qui est une « paralysie frappant une moitié du corps » (dictionnaire en ligne Le Robert). Dans les emplois où les capacités physiques sont sollicitées, les possibilités de retour au travail peuvent être restreintes. Même si quelques personnes victimes d’un AVC pratiquaient auparavant un emploi plus sédentaire, une foule d’adaptations doivent être faites pour qu’iels puissent retrouver un environnement adéquat et favorable à leurs déplacements et autonomie, afin qu’une reprise de l’activité professionnelle puisse être considérée. D’autres séquelles peuvent aussi limiter un retour au travail, comme une grande fatigue et une aphasie (Schnitzler et Pradat-Diehl, 2006). L’aphasie est « un trouble de la communication qui peut se manifester dans l’expression et/ou la compréhension orale ou écrite. Le langage oral, la lecture, l’écriture et les gestes peuvent être perturbés » (CHUV, 2017). Selon la région dans laquelle s’est déroulé l’AVC, il est possible qu’une aphasie se présente parmi les conséquences. Certaines aphasies peuvent être travaillées pour que la personne ayant subie l’AVC retrouve un niveau de langage semblable à celui qu’iel avait auparavant, mais d’autres individu.e.s garderont de grandes séquelles langagières et communicatives (Schnitzler et Pradat-Diehl, 2006). Tous ces éléments peuvent impacter grandement la réinsertion professionnelle des personnes qui vivent avec de telles conséquences de leur AVC.

Entre 2000 et 2011, une équipe de chercheur.euse.s a analysé les situations des 5642 patient.e.s ayant été admis à l’Hôpital général de Montréal pour un traumatisme cérébral durant ces années. Selon la Dre Dagher, qui faisait partie de l’équipe de chercheur.euse.s, « 50 % des victimes de traumas craniocérébraux ont 70 ans et plus et ont fait une chute ». De plus, il a aussi été remarqué que plus l’âge auquel survient un traumatisme crânien est élevé, plus la récupération devient difficile. En revanche, les individu.e.s présentant un trauma crânien grave ne représentent qu’entre 10 et 15 % de l’entièreté des victimes. Ceci fait en sorte que le pronostic établi est souvent bon parmi les victimes de traumas crâniens légers ou modérés. Selon la psychiatre Dre Dagher, ce sont 95 % des personnes ayant eu un traumatisme crânien léger qui retournent au travail. (Nord, 2021). 

En bref, le retour au travail chez les personnes ayant eu une lésion au cerveau peut se faire difficilement, malgré les ressources existantes. Cependant, plusieurs facteurs entrent en jeu lorsqu’il est temps d’établir le pronostic. Ainsi, le retour au travail, tout comme divers autres éléments de la réadaptation, peut être influencé par la gravité de la lésion cérébrale ou du trauma crânien.

Texte révisé par Myriam Harvey

Références

ArtsyBee. (2016, 27 mai). Ancien cerveau publicité idée [image en ligne]. Pexels. https://pixabay.com/fr/illustrations/ancien-cerveau-publicit%c3%a9-id%c3%a9e-1418613/

Bonche, B. (2021). Accompagner le retour à la vie active des adultes cérébrolésés [mémoire, Université de Toulouse] https://anfe.fr/wp-content/uploads/2021/12/MEMOIRE-IFET-2021-BONCHE-REINSERTION-PROFESSIONNELLE-LESION-CEREBRALE-ADAPTATION-OCCUPATIONNELLE.V2-a479334f.pdf

Hémiplégie. (s. d.). Le Robert dico en ligne. Éditions Le Robert. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/hemiplegie

Nord, É. (2021). Traumatismes crâniens modérés et grave – combien de patients retourneront au travail? Le médecin du Québec. https://lemedecinduquebec.org/archives/2021/9/traumatismes-craniens-moderes-et-graves-combien-de-patients-retourneront-au-travail/

Schnitzler A. et Pradat-Diehl P. (2006). Reprise du travail après un accident vasculaire cérébral. La lettre du Neurologue, (X)4, 126-132. https://www.edimark.fr/Front/frontpost/getfiles/12085.pdf 

Service de neuropsychologie et de neuro-réhabilitation du CHUV. (2017). L’aphasie, c’est quoi? https://www.chuv.ch/fr/neuropsy/npr-home/patients-et-familles/associations-de-patients/laphasie-cest-quoi#:~:text=C’est%20un%20trouble%20de,les%20gestes%20peuvent%20%C3%AAtre%20perturb%C3%A9s.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s