Se mobiliser à l’école : La motivation scolaire à l’enfance – Par Florence Léonard

La motivation scolaire à l’enfance constitue l’énergie, ou la force, qui pousse l’enfant à agir en milieu scolaire (Duclos, 2010). Des niveaux élevés de motivation scolaire se traduisent notamment par un plus grand engagement à l’école, par une plus grande persévérance à travers les embûches et par un accomplissement des apprentissages (Viau, 1997). Considérant que les trajectoires de motivation scolaire se développent tôt, il est crucial d’intervenir chez les jeunes élèves de façon précoce pour favoriser l’épanouissement à l’école. En ce sens, il importe d’examiner les facteurs internes et environnementaux pouvant influencer les niveaux de motivation scolaire, notamment afin de mieux cibler les élèves à risque d’être démotivé.e.s et de mieux intervenir auprès des enfants pour renforcer leur motivation à l’école.

Quels sont les déterminants de la motivation scolaire?

D’abord, la perception qu’a l’élève de soi-même et de la tâche a un impact sur sa capacité à se mobiliser pour atteindre un but en milieu scolaire. En effet, la perception de sa compétence joue un rôle important dans la motivation à l’école. Lorsque les élèves se sentent compétent.e.s dans la réalisation d’une tâche, iels ont tendance à faire preuve d’une plus grande motivation, d’une plus grande détermination et d’un engagement plus soutenu (Dweck, 1989). Un.e élève qui se sent compétent.e aura recours à davantage de stratégies d’apprentissage efficaces. De plus, lorsque l’enfant effectue une tâche dans un but d’apprentissage, iel est généralement plus motivé.e (Dweck, 1989). À l’inverse, si l’enfant perçoit que le but est de performer, iel sera non seulement moins motivé.e, mais également moins enclin à demander de l’aide au besoin.

Puis, les facteurs environnementaux tels que le type d’enseignement ont également une incidence sur la motivation scolaire. D’abord, un climat de classe prônant la compétition, la performance et la comparaison sociale nuit grandement à la motivation et au sentiment de compétence des élèves (Archambault, 2009; Deemer, 2004). En effet, de telles atmosphères d’apprentissage génèrent davantage de comportements perturbateurs en classe et des perceptions de soi plus négatives chez les enfants (Ames, 1984, 1992; Archambault, 2009; Skaalvik, 1997). À l’inverse, un climat de classe valorisant les apprentissages et adapté aux besoins et aux intérêts des élèves permet de favoriser la motivation scolaire. Puis, la perception que possèdent les enseignant.e.s de leurs élèves a un impact sur la motivation scolaire. Lorsque les professeur.e.s perçoivent leurs élèves de façon positive et qu’iels leur font confiance, les enfants présentent des niveaux plus élevés de motivation, d’apprentissage et de stratégies d’adaptation efficaces face aux difficultés (Archambault, 2009; Lee, 2000). Ainsi, les enseignant.e.s et le climat de classe contribuent grandement à la motivation scolaire des élèves.

Comment peut-on favoriser la motivation scolaire?

Grâce à la littérature portant sur la motivation scolaire des enfants, de nombreuses pistes d’intervention ont été proposées pour les enseignant.e.s afin de favoriser l’engagement des élèves. D’abord, le fait d’enseigner des compétences plutôt que des connaissances pourrait engendrer davantage de buts d’apprentissage, plutôt que des buts de performance (Barbeau et al., 1997; Cabot & Dagenais, 2016). Ceci permettrait du même coup de diminuer l’anxiété et le stress face aux résultats scolaires. Puis, afin de favoriser l’engagement cognitif des enfants, il est aidant de lier les apprentissages à leurs connaissances antérieures, à des exemples concrets ainsi qu’à des facteurs environnementaux (Barbeau et al., 1997; Cabot & Dagenais, 2016). Enfin, un climat de classe positif, respectueux et bienveillant contribue à la motivation scolaire (Barbeau et al., 1997; Cabot & Dagenais, 2016). Encourageons les enfants à poser des questions en classe, à demander de l’aide au besoin ainsi qu’à faire preuve d’autocompassion à travers leur parcours scolaire. Ce dernier peut être rempli d’embûches, mais en outillant les jeunes efficacement et en leur transmettant le goût et le plaisir d’apprendre, il est possible de cultiver un système scolaire plus accueillant, empathique et chaleureux pour tous les enfants.

Texte révisé par Katrina Bélanger Cayouette

Références

Ames, C. (1984). Achievement attributions and self-instructions under competitive and individualistic goal structures. Journal of Educational Psychology, 76(3), 478-487. https://doi.org/10.1037/0022-0663.76.3.478

Ames, C. (1992). Classrooms: Goals, structures, and student motivation. Journal of Educational Psychology, 84(3), 261-271. https://doi.org/10.1037/0022-0663.84.3.261

Archambault, I. (2009). Effets de l’environnement scolaire, des attitudes, compétences et pratiques des enseignants sur l’engagement des garçons et des filles en milieux défavorisés : contributions directes et indirectes. Fonds de la recherche sur la société et la culture (FQRSC) – Persévérance et réussite scolaire. https://frq.gouv.qc.ca/app/uploads/2021/06/pt_archambaulti_rapport- 2009_environnement-scolaire-vs-engagements-enfants-defavorises.pdf 

Barbeau, D., Montini, A. et Roy, C. (1997). Sur les chemins de la connaissance : la motivation scolaire. Association québécoise de pédagogie collégiale.

Cabot, I. et Dagenais, A. (2016). Motivation scolaire. Bulletin de la documentation collégiale, 17. bulletin-cdc-17-decembre-2016-fr.pdf (capres.ca)

Deemer, S. A. (2004). Classroom goal orientation in high school classrooms: Revealing links between teacher beliefs and classroom environments. Educational Research, 46(1), 73-90. https://doi.org/10.1080/0013188042000178836

Duclos, G. (2010). La motivation à l’école, un passeport pour l’avenir. Éditions du CHU Sainte- Justine.

Dweck, C. S. (1989). Motivation. Dans A. Lesgold et R. Glaser (dir.), Foundations for a Psychology of Education. Lawrence Erlbaum Associates.

Lee, V. E. (2000). Using hierarchical linear modeling to study social contexts: The case of school effects. Educational Psychologist, 35(2), 125-141. https://doi.org/10.1207/S15326985EP3502_6

Pixabay. (2017). [image en ligne]. Pexels.                                          https://www.pexels.com/fr-fr/photo/cahier-graphique-blanc-207756/ 

Skaalvik, E. M. (1997). Self-enhancing and self-defeating ego orientation: Relations with task and avoidance orientation, achievement, self-perceptions, and anxiety. Journal of Educational Psychology, 89(1), 71-81. https://doi.org/10.1037/0022-0663.89.1.71

Viau, R. (1997). La motivation en contexte scolaire (2e éd.). Boeck & Larcier. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s