Apprendre à connaitre les types de dépression – Par Laurence Tillmann

Avec les années, la sensibilisation face aux enjeux de santé mentale a permis à la population d’acquérir des connaissances quant à la multitude de troubles de santé psychologique. La dépression est l’un des troubles les plus discutés, mais quel type spécifiquement? Au fait, quatre types de dépression seront expliqués au cours de cet article, soit l’épisode dépressif majeur, la dysthymie, l’épisode à caractère saisonnier ainsi que l’épisode avec début périnatal. 

En premier lieu, la dépression majeure est le trouble dépressif le plus diagnostiqué (Benny et al., 2021). Selon le DSM-5, les symptômes se remarquent par une altération significative quant au fonctionnement normal de l’individu. L’humeur négative, les idées noires, des changements d’habitudes alimentaires, des sentiments de tristesse, de culpabilité, des pensées pessimistes envers soi-même et les autres, un manque d’intérêt pour les activités quotidiennes ou une baisse d’intérêt dans les relations interpersonnelles sont des symptômes communs, et j’en passe. De façon vulgarisée, une personne souffrante de dépression majeure peut avoir l’impression d’être dans un trou noir, sans lumière au bout du tunnel, comme un sentiment de vivre en noir et blanc, où les activités quotidiennes représentent un énorme défi. Pour l’obtention d’un diagnostic clinique, les symptômes doivent être apparents chez la personne depuis un minimum de deux semaines (Benny et al., 2021). Le risque de suicide accompagne ce diagnostic de façon significative ; les tentatives de suicides sont causées en premier lieu par des épisodes de dépression majeure (Corruble, 2010). L’ampleur des symptômes et l’intensité de l’épisode peut être en lien direct avec les antécédents de parcours de la personne. Aussi, un épisode a des fortes chances d’en entraîner un autre; la prévalence à un trouble dépressif majeur est plus haute chez une personne l’ayant préalablement vécue, surtout si le traitement de la maladie n’a pas été adéquat (Benny et al., 2021). 

Le trouble dépressif persistant, aussi appelé la dysthymie, est associé aux mêmes symptômes que la dépression majeure. La différence marquée entre ces troubles est la suivante : la durée et l’intensité (Benny et al., 2021). Pour la durée, les symptômes doivent être présents chez la personne depuis un minimum de deux ans, sans que deux semaines s’écoulent sans la présentation d’un de ceux-ci. Les caractères dépressifs chez l’individu sont présents depuis tellement longtemps, donc l’intensité est moins prononcée; c’est comme si les symptômes étaient maintenant des traits de personnalité pour ellui. Il s’agit donc d’une dépression difficile à traiter puisque les traits dépressifs sont en quelque sorte ancrés chez l’individu (Benny et al., 2021).

L’épisode à caractère saisonnier est une dépression hivernale prenant place en Amérique du Nord. Son apparition est directement liée aux changements de présence de la lumière naturelle ; le cycle des saisons amène une fluctuation dans les heures de clarté, donc moins de soleil (Benny et al., 2021). Les symptômes sont semblables à ceux de la dépression majeure, mais se remarquent principalement par des modifications considérables dans le régime alimentaire, où soit on mange plus, soit on mange moins. Le sommeil est aussi perturbé; on retrouve de la somnolence diurne, des épisodes d’insomnie ainsi qu’un besoin d’avoir plus de sommeil. Ces manifestations prennent généralement place à la fin de l’automne et prennent fin au début du printemps (Brunet, 2023). Le traitement associé à cette dépression est principalement la luminothérapie, soit l’exposition à la lumière artificielle reproduisant les effets de la lumière naturelle permettant de contrer les effets de la dépression et éventuellement, s’en sortir. Au cours de mes recherches, j’ai été étonnée d’apprendre que plus un individu se trouve au nord du Canada, plus la prévalence au trouble affectif saisonnier est élevée (Benny et al., 2021).  

Finalement, l’épisode avec début périnatal, aussi connu sous le nom de dépression post-partum, survient chez les femmes durant la grossesse ou au cours des quatre mois après l’accouchement. Plusieurs risques peuvent faire en sorte que ce type d’épisode se déclenche, tel que le manque de soutien de l’entourage ou encore des facteurs de stress importants durant, ou après, la grossesse (Benny et al., 2021).  La dépression post-partum est causée par le débalancement hormonal de la femme, dû au fait de porter un enfant, mais aussi à cause du nouveau rôle que celle-ci acquiert post-accouchement, comportant un lot de responsabilité élevé du jour au lendemain. Les transformations subies par le corps peuvent aussi mettre au défi la capacité de s’adapter aux changements. Les symptômes principaux sont similaires à ceux de la dépression majeure (Tissot et al., 2011). 

Une nouvelle maman qui fait face à cette difficulté a tendance à se sentir inadéquate face à son nouveau rôle et avoir l’impression de ne pas avoir assez d’amour à donner à son enfant, ce qui peut affecter directement les soins apportés au bébé. 

Il est important de se remémorer qu’un type de dépression est aussi important qu’un autre; il est nécessaire d’en prendre soin. Chaque symptôme est à prendre au sérieux parce que notre bien-être, c’est ce qui importe le plus. Prenez soin de vous et de celleux qui vous entourent. 

Texte révisé par Camille Simard

Références

Benny, M., Huot, A., Jacques, S., Landry-Cuierrier, J. et Marinier, L. (2021). Santé mentale et psychopathologie. Une approche biosociale. Modulo (3e éd.). 

Brunet. (2023). Dépression saisonnière : cause, symptômes et traitements. https://www.brunet.ca/sante/conseils-sante/depression-saisonniere/ 

Corruble, E. (2010). Dépression et risque suicidaire. Suicides et tentatives de suicide. Lavoisier. https://www.cairn.info/suicides-et-tentatives-de-suicide–9782257203984.htm 

Ma_rish. (2020). Young people, teenagers, suffering from psychological diseases, anxiety. Girls and boys sitting sad by the window or wall stock illustration [image en ligne] iStock. https://www.istockphoto.com/vector/young-people-teenagers-suffering-from-psychological-diseases-anxiety-girls-and-boys-gm1291101862-386310297?phrase=depression 

Tissot, H., Frascarolo-Moutinot, F., Despland J. et Favez N. Dépression post-partum maternelle et développement de l’enfant : revue de littérature et arguments en faveur d’une approche familiale. La psychiatrie de l’enfant, Volume 54. 2011. https://www.cairn.info/revue-la-psychiatrie-de-l-enfant-2011-2-page-611.htm 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s