Le NCACN, une initiative inspirante à découvrir – par Léa-Maude Juteau

En collaboration avec Patricia Nadeau et Lyanne Levasseur Faucher (B. Sc.)

Qu’est-ce qui peut bien se cacher derrière l’acronyme NCACN ? Vous en avez probablement entendu parler dans l’un de vos cours, ou peut-être avez-vous aperçu notre kiosque lors de la journée scientifique annuelle du Département de psychologie de l’Université de Montréal. En fait, cet article vise principalement à vous éclairer sur la mission, le fonctionnement et le processus de soumission du NCACN, c’est-dire la revue Neuropsychologie Clinique et Appliquée/Clinical and Applied Neuropsychology. De plus, nous espérons qu’il vous permettra de découvrir à quel point cette revue, s’inspirant du fonctionnement du Journal sur l’identité, les relations interpersonnelles et les relations intergroupes (JIRIRI), est une initiative essentielle pour la communauté étudiante udemienne.

Le fonctionnement

D’abord, le NCACN est une revue scientifique internationale affiliée au Département de psychologie de l’Université de Montréal. Sa mission est de publier des articles rédigés par des étudiants de tous les cycles universitaires, des chercheurs professionnels ou des cliniciens œuvrant dans le domaine de la neuropsychologie. Le NCACN est un journal unique puisqu’il met les étudiants de premier cycle à l’avant-plan du début à la fin du processus de révision par les pairs. En fait, les étudiants de premier cycle sont responsables de faire évaluer les articles par des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs, de même que de rédiger des lettres d’édition adressées aux auteurs. Ainsi, ils sont rédacteurs adjoints. Tout cela est réalisé dans le cadre du cours de Laboratoire 2 (PSY3008), en étroite collaboration avec des étudiants des cycles supérieurs en psychologie ou en neuropsychologie, occupant le rôle d’éditeurs consultants. Selon Patricia Nadeau, une ancienne rédactrice adjointe pour le NCACN qui poursuit son implication comme rédactrice en chef cette année, les échanges avec ses éditeurs consultants ont été indispensables. En effet, ils lui ont permis d’à la fois mieux identifier et comprendre les éléments à inclure dans un article scientifique, tout en apprenant à formuler adéquatement des critiques constructives.

Par ailleurs, les postes de responsables, c’est-à-dire la rédactrice en chef, la cheffe d’édition, la directrice des communications et trésorière, les responsables des médias et la coordonnatrice des événements, sont majoritairement occupés par des étudiantes de premier cycle cette année et offrent une expérience bénévole de gestion unique et enrichissante.

Au cours de l’année, le processus est chapeauté par quatre professeurs dans le domaine de la neuropsychologie clinique, les rédacteurs adjoints séniors, soit Élaine de Guise (Ph. D.), Bruno Gauthier (Ph. D.), Nathalie Gosselin (Ph. D.) et Arnaud Saj (Ph. D.). Tel que mentionné, la revue a été mise sur pieds en collaboration avec la fondatrice du JIRIRI, Roxane de la Sablonnière (Ph. D.). Ainsi, les articles transmis au NCACN sont soumis à un processus de révision par les pairs, car ils sont évalués de façon anonyme à la fois par des évaluateurs internes et externes, des rédacteurs adjoints, des éditeurs consultants et des rédacteurs adjoints séniors. L’image ci-dessous permet de mieux visualiser les étapes du processus de révision du NCACN.

Une expérience significative

D’une part, la revue permet aux étudiants de tous les cycles universitaires de s’initier au processus de publication scientifique. D’après Patricia Nadeau, « les étudiants n’ayant jamais publié d’articles ont la chance d’améliorer leur manuscrit à travers des échanges avec l’équipe éditoriale. Les rétroactions émises, comprenant des explications justifiées, permettent aux auteurs de comprendre les raisons pour lesquelles il serait pertinent de modifier des éléments dans l’article, pour ainsi le perfectionner. »

D’autre part, le NCACN permet à des étudiants de s’impliquer dans le processus de révision par les pairs, comme le rapporte Patricia Nadeau : « À travers mon expérience au NCACN, laquelle m’a permis de travailler sur plusieurs manuscrits, j’ai pu grandement améliorer ma capacité de rédaction d’articles scientifiques. Le fait que nous devons lire plusieurs articles et nous interroger sur différents aspects, tels que la logique dans la présentation des idées et la cohérence des propositions émises, nous amène à acquérir des connaissances applicables dans d’autres contextes par la suite. »

Autrement dit, le NCACN représente non moins qu’une occasion en or pour les étudiants de s’initier au processus de révision et de publication d’articles scientifiques, aussi théoriques qu’empiriques. Également, diverses fonctions sont remplies par les rédacteurs adjoints, qui jouent un rôle crucial sur les plans de la promotion, du financement ainsi que de l’édition et de la mise en page de la revue. Pendant son parcours universitaire, Lyanne Levasseur Faucher (B. Sc.) témoigne : « De par mon implication dans ce projet d’envergure, mes différentes fonctions m’ont permis, au fil des dernières années, de développer des habiletés indispensables telles que l’organisation et mon sens critique. J’ai eu l’occasion de collaborer avec des personnes incroyables et de prendre conscience de toutes les possibilités qui s’offrent à nous lorsque nous prenons la peine de nous engager dans un projet qui nous tient véritablement à cœur. » La directrice des communications et trésorière souligne également que le NCACN est un projet fleurissant qui a jusqu’à maintenant bénéficié du soutien financier de plusieurs partenaires, notamment le Département de psychologie de l’Université de Montréal, l’Association Québécoise des Neuropsychologues (AQNP), où a lieu le lancement officiel en septembre, la Société Québécoise pour la Recherche en Psychologie (SQRP) et le Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS). Les subventions et les profits des activités de financement étaient jusqu’à maintenant utilisés pour l’impression des volumes, distribués gratuitement.

Comment soumettre ?

Si vous désirez soumettre un article, il est maintenant possible de le faire tout au long de l’année par courriel à l’adresse suivante : ncacn@umontreal.ca. En effet, la publication du NCACN se fera désormais de manière exclusive en ligne. Cependant, les articles ayant terminé le processus de révision dans la dernière année seront rassemblés dans une édition disponible exclusivement en ligne en septembre prochain.

Suivez-nous !

Pour être au courant des dernières nouvelles et de nos activités à venir, telles que notre prochaine période de recrutement, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Linked In). Si vous désirez plus d’information concernant la revue, n’hésitez pas à nous contacter et à visiter notre site web ! Il est intéressant de savoir que vous pouvez y consulter tous les volumes du journal, disponibles en libre accès.

Révisé par Mégane Therrien


À lire

L’histoire moderne du petit garçon qui criait au loup – par Marie Tougne

Sur la nature des perceptions; Une courte vue des pensées leibniziennes – par Simon Gravel

Une réponse sur « Le NCACN, une initiative inspirante à découvrir – par Léa-Maude Juteau »

  1. Ping: Publier son premier article scientifique avec le JIRIRI – par Sarah Remigereau – L'AMNÉSIQUE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s