Un plafond de verre infrangible, vraiment? – par Marjorie Martin

Disclaimer; ce texte n’a pas été écrit pour être inscrit dans la lutte féministe, mais a pour objectif de démystifier les inégalités salariales (oui-oui, ce n’est pas un mythe – même en 2020) entre les hommes et les femmes. 

Je précise cette information parce que malheureusement, lors de la planification de la rédaction de cet article, j’ai consulté de nombreuses sources qui étaient peu nuancées ; la plupart avait une connotation extrémiste et se lançaient dans des délires complotistes, accusant du doigt le système comme étant patriarcal et sexiste. « Cet écart de salaire est le produit de la misogynie en entreprise, aux patrons qui respectent le moins la féminisation des entreprises » comme le dit si bien Marlène Schiappa, Secrétaire d’État du gouvernement français chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations dans une entrevue pour Radio-Canada publiée le 16 janvier 2019.

Depuis une dizaine d’années, il y a une stagnation au niveau de la réduction de l’écart salarial entre les sexes, et ce, malgré que de plus en plus de femmes soient sur le marché du travail et promues à des postes de hauts cadres. L’égalité salariale entre les femmes et les hommes est inscrite dans la loi depuis 1972 et pourtant, pour le même travail, le salaire horaire moyen des femmes qui travaillent à temps plein au Québec reste inférieur d’environ 10 % à celui des hommes. Une étude réalisée par Alexandre Ouimet en 2010 conclut que plus des deux tiers de l’écart salarial moyen estimé ne peut être expliqué par le niveau de scolarité, la durée en emploi ou la différence de professions entre les hommes et les femmes (Vincent, 2013). De ce fait, une question reste en suspens ; pourquoi ce fossé est-il loin de disparaître ?

Dans une étude qui a comparé l’écart de salaire entre un échantillon d’hommes et de femmes âgés de 35 à 43 ans n’ayant jamais été mariés ni eu d’enfant, les chercheurs ont constaté qu’il n’y a pas d’écart salarial entre les hommes et les femmes ayant des rôles familiaux similaires (O’Neill et O’Neill, 2005). De ce fait, on pourrait penser que cet écart est dû à une diminution rémunératrice et productive suite à la retraite temporaire du marché du travail des mères lors de leur congé de maternité ainsi qu’au conflit inter-rôle entre leur position en emploi et leurs responsabilités familiales. L’écart serait donc dû à des rôles sociétaux différents, plutôt que par la discrimination sur le marché du travail à l’égard des femmes en raison de leur sexe. Cependant, le « handicap professionnel » occasionné par le changement de la dynamique familiale explique une partie de l’écart, mais pas la totalité.

Les femmes hésitent souvent à s’engager dans des milieux professionnels compétitifs et il semblerait que la différence notée soit due à leurs caractéristiques intrinsèques ; leur goût de la compétition est moins développé, elles ont un intérêt marqué pour les emplois ayant un défi intellectuel et une tendance humanitaire, elles sont moins ambitieuses, ont moins d’intérêt envers le statut social et l’argent et sont plus concernées par la conciliation travail-famille que les hommes (Spector, 2016). Les femmes seraient donc davantage portées à accepter un plus petit salaire pour un emploi qui serait par ailleurs plus gratifiant et ayant des conditions plus favorables. Le fait que les femmes tendent moins à vouloir obtenir des promotions et des postes hiérarchiques plus élevés expliquerait pourquoi elles ont de la difficulté à monter les échelons, mais pas pourquoi celles qui le souhaitent ont plus de difficulté à les obtenir que leurs homologues masculins.

« Étant donné que les femmes au Canada ont dépassé les hommes au chapitre du niveau de scolarité, ont diversifié leurs domaines d’études postsecondaires et ont accru leur représentation dans des professions comportant un statut plus élevé, la persistance de l’inégalité salariale sur la base du sexe mérite que l’on continue de s’y intéresser », relèvent les auteurs d’une étude sur l’écart salarial entre les sexes menée par Statistique Canada (Pelletier et al., 2019). Les résultats des études sont mitigés et il est difficile de rendre un portrait fidèle de la situation. La raison de la vividité de ce débat à travers la dernière décennie reste encore aujourd’hui un mystère. 

Cependant, il faut se rappeler que l’égalité, c’est 100 %. Pas 90. Pas 99,8. Mais 100. Croisons les doigts pour que la recherche scientifique mette le doigt sur le problème et permette d’obtenir l’égalité tant méritée par toutes les femmes en emploi de ce monde.

Révisé par Noémie Desjardins


Références

Dussault, A. (journaliste). (2019, 16 janvier). Militer et gouverner pour l’égalité [entrevue]. 24|60. Société Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/tele/24-60/site/segments/entrevue/102390/intimidation-reseaux-sociaux-egalite-femme-homme?isAutoPlay=1

O’Neill, J. E. et O’Neill, D. M. (2005). What do wage differentials tell us about labor market discrimination? Bureau national de la recherche économique. http://www.nber.org/papers/w11240

Pelletier, R., Patterson, M. et Moyser, M. (2019, 7 octobre). L’écart salarial entre les sexes au Canada : 1998 à 2018 (publication 75-004-X – 2019004). Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/pub/75-004-m/75-004-m2019004-fra.pdf?st=frlFgxYv

Spector, P. (2016). Industrial and Organizational Psychology: Research and Practice (7e éd.). Éditions Wiley.

Vincent, C. (2013). Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Synthèse de connaissances tirées de microdonnées canadiennes. Série Synthèses du RCCD, 1-28. https://crdcn.org/sites/default/files/synthese_carole_vincent_final.pdf


À lire

L’obsession du miroir par Marjorie Martin

Il est injuste de parler de justice – par Marie Tougne

Une réponse sur « Un plafond de verre infrangible, vraiment? – par Marjorie Martin »

  1. Ping: Le système scolaire québécois : lorsque la réalité tombe dans l’obscurité – par Marie-Hélène Gauro – L'AMNÉSIQUE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s