Hyperbolique – Par anonyme

Naviguer la vie à toute vitesse, sur la mer imprévisible qu’est le quotidien. Alors que toustes sont vêtu.e.s d’une veste de sauvetage, sur une embarcation impénétrable, je titube sur mon frêle radeau. À découvert, je hume l’air salin de l’océan et m’émerveille devant ces milles ondulations miroitantes. Mes voisin.e.s, protégé.e.s, ne distinguent qu’une version tamisée de mon allégresse. Sous la clémence du ciel, j’occupe un siège privilégié pour jouir de ses rayons. Mais lorsque le ciel se met à rugir et que la tempête me happe, je suis seule à chavirer.

Les vagues, auparavant éblouissantes, déferlent sur moi de leur noirceur menaçante. Les autres me narguent du haut de leur paquebot, à l’abri dans leur carapace. Je me débats, résiste, tente de m’adapter. Mon radeau se raffermit. J’y construis des murs, érigeant mon abri improvisé. Je me fonds dans la masse, imposteur fragile dans cette foule de stabilité.

Camouflée dans une marée d’acier, je ballotte tranquillement à travers la vie. Lorsque les pluies dévergondent, et que je suis submergée de la tête aux pieds, les autres me scrutent de leur proue, bien au sec. Je me console en fixant les braises du soleil alors qu’il pointe son nez hors des cumulus. Mon enchantement sur les eaux tranquilles n’a d’égal que ma détresse lorsqu’elles s’agitent.

Je paie le prix de mes bonheurs survoltés par la profondeur des flots dans lesquels je sombre. Ma perméabilité est une faiblesse aux yeux des impénétrables. Je continue de ramer, fière de mes origines que les autres ont sans doute oubliées. Dans les intempéries, nos tolérances diffèrent. Certain.e.s bravent l’ouragan sans s’y noyer, et d’autres sont bousculés par de simples courants. Je suis faite de brindilles, et eux de fer. Pourtant, je ne crains pas la mer; je l’accueille à bras ouverts.

Je suis une hyperbole

Figure de la démesure

J’incarne cet impossible

De mes maux exubérants.

La marée déverse son sel sur mes éraflures

Mes pleurs se déversent en océans

Tous confondent mes torrents pour un étang

Et me présument caricature.

Mes joies telle une funambule chancelante

Elle chute dans un mutisme assourdissant

De cette euphorie funeste

Le fil de ma vie oscille en oxymores.

Le temps est une huile dont je suis le combustible

En efforçant d’éteindre mon brasier

Ne connaissant pas l’équilibre

Je m’asphyxie jusqu’à l’euphémisme.

Mes épines ne sont que des pétales

À ceux qui savent les discerner

Ma sensibilité est un bouquet de roses

Qui bourgeonne et devient métaphore.

Révisé par Hamza Zarglayoun


Référence

agsandrew. (2014, 3 novembre). Advance of inner paint [image en ligne]. iStock. https://www.istockphoto.com/photo/advance-of-inner-paint-gm521577939-5085331


Et toi, tu viens d’où ? – Par Abigaelle Lavoie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s