Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Anouk Tomas – Par l’AGÉÉPUM

Voici l’entrevue avec Anouk Tomas, chroniqueuse et réviseure à l’Amnésique et bénévole au café Le Psychic.

Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer?

Je suis étudiante en échange pour un an à l’UdeM en psychologie : quand je suis arrivée en août, je ne connaissais absolument personne dans mon programme, et je me suis dit que ce genre d’initiatives étudiantes seraient une occasion idéale pour rencontrer des gens et créer des liens. Et puis, j’ai toujours été quelqu’un qui s’engage dans la vie étudiante de l’université dans laquelle j’étudie, que ce soit dans des clubs étudiants ou des associations… Je pense que c’était impossible pour moi de ne rien faire quand il y a tant de possibilités à ce niveau-là!

As-tu fait face à des défis durant ton implication parce que tu es une femme?

Je n’ai pas eu l’impression d’avoir été confrontée à des défis à cause de mon genre, que ce soit au café ou au sein de l’équipe du journal. Tout le monde était très bienveillant, l’ambiance ne pouvait que l’être également. (Les membres de l’Amnésique sont essentiellement des femmes, ce qui joue probablement un rôle aussi, mais c’est tout de même également valable pour l’équipe mixte du café Le Psychic.)

De quoi es-tu la plus fière en rapport avec ton implication?

Je pense que ce dont je suis la plus fière, c’est d’avoir réussi à surmonter ma grande timidité. Cela peut sonner un peu idiot, mais je suis très introvertie et je ne vais pas facilement vers les gens, alors pour moi, le fait d’avoir réussi à intégrer (et à me sentir intégrée) dans ces équipes me remplit de fierté!

Que représente pour toi le regroupement dans lequel tu t’impliques?

Pour ce qui est du café étudiant, je dirais que cela représente la bonne ambiance qui règne dans les programmes de psycho/neuro, la communication et le partage entre les étudiant.e.s, qui viennent pour y boire un café (le moins cher de Marie-Victorin!) et discuter ou étudier en groupe.

Le journal serait plutôt le symbole du partage des connaissances, de l’accessibilité à tous et toutes, et également de l’entraide grâce à de nombreux articles sur des thèmes tous plus variés les uns que les autres (notamment un super guide pour survivre au bac en psycho 😉).

Que dirais-tu à une femme qui hésite à s’impliquer?

Je lui dirais que si elle hésite à s’impliquer parce qu’elle est une femme, elle n’a vraiment pas à hésiter! Tous.te.s les membres de l’AGÉÉPUM sont très bienveillant.e.s et respecteux.se.s, en plus d’être à l’écoute si quiconque a le moindre souci. Que l’hésitation soit due à cette raison ou une autre, je conseillerais d’en discuter avec des personnes déjà impliquées ou qui se sont impliquées par le passé, afin d’avoir leur avis et d’éclaircir certains doutes que l’on peut avoir (personnellement, c’est ce que j’ai fait, merci aux 4@9!).

Qu’est-ce que l’implication t’a apporté personnellement?

Mon implication dans le journal m’a donné l’occasion d’écrire sur des sujets qui m’intéressent et/ou me tiennent à cœur, en plus d’aider des ami.e.s et camarades à en faire de même. Être bénévole au Psychic m’a apporté un gros gain de confiance en moi, des rencontres merveilleuses (et du café gratuit bien nécessaire surtout en fin de session!). Mais surtout, dans les deux cas, cela m’a apporté plein de chouettes et beaux souvenirs! Vraiment, que ce soit ces moments où je me suis retrouvée à servir un latté à l’un.e de mes profs, quand j’ai réalisé au bout de trois semaines que oui, cette tête familière était bien la personne assise derrière moi en cours tous les jeudis, la satisfaction de faire la vaisselle ou de passer le balai avec un.e autre bénévole pour rire avec moi en écoutant ma playlist préférée, ou encore ces soupers vraiment fun passés avec les gens de l’équipe. Tout cela fait partie de ce dont je me souviendrai en souriant en pensant à mon année d’échange ici.

Quels sont tes plans pour l’an prochain?

L’année prochaine, je serai rentrée en France (le triste destin des étudiant.e.s en échange), je ne pourrais donc malheureusement plus être bénévole au Psychic. Cependant, je continuerai à m’investir à distance au sein de l’équipe de l’Amnésique, puisque presque tout se fait en ligne. J’ai d’ailleurs bien hâte de voir les prochains thèmes de publication!

Révisé par Rémy El-Nemr et Alexandrine Nadeau


À lire

Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Indira Louis-Sidney – Par l’AGÉÉPUM

Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Rosalie Lacasse – Par l’AGÉÉPUM

2 réponses sur « Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Anouk Tomas – Par l’AGÉÉPUM »

  1. Ping: Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Nour Hammache – Par l’AGÉÉPUM – L'AMNÉSIQUE

  2. Ping: Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Ella Jussen-Larouche – Par l’AGÉÉPUM – L'AMNÉSIQUE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s