Apprendre à dompter la bête – Par Mégane Therrien

J’ai longtemps essayé d’ignorer la petite bête qui se cache en moi. Je dirais même que je l’ai longtemps reniée. Cette bête qui, par moment, me tambourine l’estomac ou qui me noue la gorge. Celle qui m’empêche d’écrire dû aux tremblements qu’elle provoque ou celle qui m’empêche de m’endormir en me faisant tournoyer dans mon lit. Cette petite bête que je croyais bien malicieuse, mais qui n’est en fait que le résultat d’une mauvaise dose de sérotonine et d’une grande quantité de pensées pêle-mêle.

Cette petite bête que j’essayais d’enfouir profondément, mais qui ne ressurgissait que plus intensément à chaque fois. Jusqu’à ce que la goutte fasse déborder le vase, comme l’expression le dit si bien. Jusqu’au jour où j’ai eu l’impression que cette bête prendrait le dessus sur moi si je ne lui faisais pas face. Ce jour où je l’ai confrontée.

Ce jour-là, j’ai mis mon pied par terre, écrasant au passage ma tête dure, mon déni et mon orgueil. J’ai décidé que j’en avais assez des tremblements, des sueurs froides, des pensées qui rôdaient sans cesse dans ma tête et des nuits sans sommeil. Et j’ai décidé de choisir mon bien-être plutôt que d’avoir peur de m’avouer que j’avais une bête à dompter.

Cette bête fait partie de ma vie depuis bien longtemps, et maintenant que j’en suis consciente, bien des choses s’expliquent beaucoup plus facilement. Cette petite bête m’influençait dans chacune de mes décisions, me faisait douter de moi sans arrêt et empiétait sur chacune des sphères de ma vie. De finalement la voir et la reconnaître m’a donné la force de prendre le dessus sur elle. J’ai décidé de faire face à ce petit démon qui n’était que le reflet de mes propres pensées que je poussais au-delà du réalisme : l’anticipation de l’anticipation. J’ai décidé que je méritais de vivre dans l’ici et maintenant et non dans le hier à me torturer en pensant aux « et si » et aux « pourquoi ». J’ai décidé de vivre dans l’ici et maintenant plutôt que dans le demain et dans les scénarios qui me bourrent le crâne. Je ne cacherai pas que l’envie d’écraser cette petite bête s’est fait ressentir, mais la dompter m’était bien plus jouissif. Je me donne par ailleurs une tape dans le dos de l’avoir domptée sainement, et non de l’avoir engourdie. Cela m’a bien sûr valu des larmes, des prises de conscience ainsi que des bouleversements de mon quotidien. Cependant, cela m’a aussi lentement rendu mon estime, la perception de ma valeur et le contrôle sur ma propre vie.

Je ne cacherai pas que ce parcours est pénible. De replonger dans ses doutes, ses peines, ses peurs et ses échecs a de quoi effrayer le ou la plus courageux.euse d’entre nous. Je ne cacherai pas non plus ses réapparitions de temps à autre. Ces nuits à accueillir des milliers de pensées superflues, ces instants où le souffle me manque à m’en faire hyperventiler, ces moments où mes mains tremblent et où je fonds en larmes. Toutefois, sans ces rechutes, je ne saurais me prouver que je suis maintenant capable de me relever.

Ma bête était mon plus grand point faible, maintenant elle est mon audace. Sans moi, elle n’existe pas. Sans elle, je ne suis plus moi. L’anxiété peut sembler bien effrayante, mais une fois déconstruite, elle n’est qu’un flux d’idées pris dans un bouchon de circulation. J’ai longtemps été frustrée par ce trafic de pensées à ne plus finir qui m’empêchait de m’endormir. Maintenant, je sais que cette frustration n’était qu’envers le fait de ne pas avoir le contrôle sur moi-même.

J’ai pris la décision d’accepter ma vulnérabilité, de l’accueillir comme un trait de ma personnalité.

J’ai su dompter ma bête. Saurez-vous défier la vôtre ?

Révisé par Noémie Desjardins


À lire

Détresse psychologique chez les étudiant.e.s – Par Rhita Hamdi

L’art dyadique de l’inexprimé – par Marie Tougne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s