L’adolescence positive : comprendre comment communiquer et interagir ensemble – par Sabrina Longato

L’adolescence n’est pas une étape facile. La société propage souvent une vision négative de cette phase, malgré qu’elle soit nécessaire au développement humain. En effet, les changements physiques, mentaux et émotionnels vécus par l’adolescent durant cette période sont cruciaux — d’où l’importance de mieux connaître le phénomène. Afin de déconstruire certains mythes reliés à cette période, ce texte analysera certains des comportements du personnage Blair Waldorf de la télésérie américaine à succès, Gossip Girl.

Blair Waldorf est une adolescente perçue comme étant égocentrique, ayant un fort caractère et qui veut que tout soit à sa manière. Ces caractéristiques mènent les téléspectateurs et les autres personnages de la série à croire qu’elle est une personne flegmatique qui n’a pas besoin de soutien, alors qu’il en est tout autrement. Dans le onzième épisode de la première saison, Blair Waldorf vit beaucoup de frustration. Erronément, sa mère attribue cette frustration au fait qu’elle est une adolescente qui ne se sent pas bien dans sa peau ; elle ne tente donc pas de la confronter ou, même, de l’interroger afin de venir en aide. Ce n’est que plus tard qu’on apprend que sa colère cache l’ennui de son père qui vit en France. Ainsi n’a-t-elle pas le soutient paternel dont elle a besoin.

Bien que Blair Waldorf puisse paraître, à première vue, comme étant une personne difficile, il serait faux d’attribuer cela au simple fait qu’elle est une adolescente (Schwartz, Savage et Levy, 2007). En effet, il est facile à s’attendre au pire durant cette période, puisqu’on entend souvent dire que les adolescents sont en crise. Bien qu’il soit vrai que les multiples changements physiques et cognitifs peuvent causer plusieurs déséquilibres à ce stade de la vie, ceci ne permet pas de résumer l’adolescence à une simple crise. Alors que 80 % des adultes expliquent le comportement irritable de leurs adolescents par le fait qu’ils ne se sentent pas bien dans leur peau — comme le croyait la mère de Blair Waldorf —, en réalité, 70 % et plus des adolescents se sentent bien dans leur peau. De plus, 90 % des parents croient que leur adolescent souhaite faire preuve d’autorité et échapper aux punitions, tandis que 90 % des adolescents souhaitent, au contraire, que leurs parents possèdent l’autorité et qu’ils prennent le temps de discuter avec eux pour répondre à leurs questions (Olivier, K., 2020).

Ces études montrent qu’en général, non seulement les adolescents veulent-ils le support de leurs proches, mais ils en ont besoin. De même, les parents et les tuteurs ont aussi besoin de support. En effet, ceux-ci vivent aussi de l’anxiété durant cette période et peuvent avoir besoin d’aide. Effectivement, il peut être facile, en tant que parent, de parfois s’échapper, voire même de projeter sur leur enfant leur propre angoisse. Ainsi, ce ne sont pas seulement les adolescents qui vivent une crise, mais aussi les figures parentales. Il est donc important d’établir une bonne relation avec son adolescent et d’entretenir un dialogue. En effet, investir du temps pour dialoguer permettrait ultimement d’enrichir la relation entre le parent et l’adolescent, les menant ainsi à une meilleure compréhension de l’autre.

Toutefois, il est possible que les adolescents fassent quelques incartades de temps en temps. En effet, les influences du monde extérieur et les relations personnelles ont des conséquences sur les comportements, mettant les adolescents dans des situations à risque. La télésérie Gossip Girl illustre très bien ces influences alors que l’actrice principale consomme énormément d’alcool en présence de son amie Gabriela. Cette situation amène la question suivante : pourquoi les adolescents ont-ils des comportements à risque en présence de leurs pairs ? Ceci s’explique par le déclenchement d’une hormone de récompense qui est très stimulée en présence d’ami.e.s. En effet, notre corps est toujours à la recherche de cette hormone en grande quantité afin de nourrir notre circuit de récompense. Aussi, puisque leur cortex préfrontal est en développement jusqu’à l’âge de 25 ans, les adolescents ne sont toujours pas en mesure de prendre des décisions totalement rationnelles. Cependant, bien que ces comportements puissent être nuisibles, cette désobéissance est normale durant cette période. Effectivement, la désobéissance est nécessaire au processus d’individualisation de l’adolescent et un parent trop sévère peut interrompre ce processus. Cependant, il est important de comprendre la mise en place d’une structure, d’un point de repère et la reconnaissance sont primordiaux au développement de l’adulte en devenir. Par ailleurs, la désobéissance n’est pas un comportement à reprocher, car elle peut aussi se manifester afin d’attirer l’attention du parent. Il est donc nécessaire de questionner l’adolescent et de ne pas laisser aller la situation, car ceci pourrait favoriser des comportements à risque (Schwartz, Savage et Levy, 2007; Olivier, K., 2020; Olivier, K., 2020a).

Enfin, la présence de désobéissance ne signifie pas qu’il est impossible de bien discipliner un adolescent ou de lui inculquer les valeurs nécessaires pour la vie en société ; p. ex. la politesse, le respect, le partage, l’écoute, etc. Selon Stanley Hall, psychologue et pionnier dans l’étude de l’adolescence (1844-1924), l’adolescence est la période durant laquelle les valeurs qui ont tendance à nous suivre jusqu’à l’âge adulte se développent (Olivier, K., 2020). D’où l’importance de bien transmettre ces valeurs. Il existe plusieurs moyens qui permettent de discipliner un adolescent, tout en mettant en pratique les valeurs recherchées en société. En voici quelques-uns :

  • Faire preuve d’écoute, d’empathie et d’ouverture lors de discussions qui sont plus difficiles permettra à l’adolescent de se sentir plus à l’aise. De plus, suggérer et non ordonner diminuera le risque de confrontation.
  • Participer ensemble à des activités permet de renforcer le lien de confiance parent-enfant.
  • Ne pas juger trop vite, car certains comportements mentionnés sont une manifestation normale pendant cette période. Il est recommandé d’en discuter avec d’autres parents, afin d’obtenir une meilleure compréhension de ces comportements.
  • Exprimer clairement ses attentes envers l’adolescent lui permet d’en avoir une meilleure compréhension (p. ex. faire ses leçons, ne pas se coucher trop tard, etc.) (Brunet, 2020).

Révisé par Audrey-Ann Journault


Référence

Brunet. (2020). L’adolescence : l’étape des bouleversements. Repéré à https://www.brunet.ca/sante/conseils-sante/adolescence-bouleversements/

Olivier, K. (2020, 6 janvier). PSY2093 : notes du cours 1 [notes de cours]. StudiUM. https://studium.umontreal.ca/

Olivier, K. (2020a, 20 janvier). PSY2093 : notes du cours 3 [notes de cours]. StudiUM. https://studium.umontreal.ca/

Schwartz, J., Savage, S. et Levy, B. (Réalisateurs). (2007). Gossip Girl (Saison 1, épisode 11) [émission télévisée]. The CW. Netflix.

Source de l’image: Unsplash


À lire

L’écoanxiété, ou l’anxiété à l’ère de Zuckerberg et des changements climatiques – par Cléo St-Martin

Écrire avec la peur d’être lu – par Rhita Hamdi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s