Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Catherine Dionne – Par l’AGÉÉPUM

Voici l’entrevue avec Catherine Dionne, présidente de l’AGÉÉPUM, administratrice de la FAÉCUM et sur le comité d’attribution des bourses et subventions de la FAÉCUM (CABS).

Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer?

J’ai trouvé le CÉGEP difficile pour plusieurs raisons, et je n’arrivais pas à voir de quelle façon je pouvais m’impliquer. Mon plus grand souhait à mon entrée à l’Université était de pouvoir m’impliquer et que la vie étudiante soit riche. Je peux dire que je n’ai pas été déçue!

C’était donc évident pour moi que je voulais faire partie de cette communauté. En m’impliquant, j’ai découvert une passion qui a tellement changé mon parcours universitaire.

As-tu fait face à des défis durant ton implication parce que tu es une femme?

Je dirais que oui, même si ces défis sont parfois subtils. Le principal pour moi a définitivement été le plafond de verre qui est présent, mais que l’on ne voit pas. On ne se visualise pas à un poste par exemple, ou on laisse les autres « leader » un projet alors qu’on a les capacités de le faire. J’ai dû assister à une formation sur l’implication des femmes, qui a abordé le sujet du plafond de verre, pour finalement l’apercevoir, et commencer à le déconstruire.

Le genre de projets comme ces entrevues est extrêmement important à mon avis, pour aider les femmes ayant un plafond de verre invisible à voir des modèles, puisque c’est parfois difficile de se visualiser dans certains postes.

De quoi es-tu la plus fière en rapport avec ton implication?

Je suis fière de ben des affaires (rire)!

Je suis très fière de m’être présentée sur l’association, même si je n’avais pas été élue la première fois. Ce que mon implication m’a apporté est immense, je suis très fière des qualités que j’ai développées et de mon apprentissage envers moi-même.

Je suis très fière de mon équipe cette année, de la différence que l’on a eue dans la vie de nos membres, de toutes nos initiatives, et bien plus! Ça a été une année dont on peut être très fières et fiers!

Que représente pour toi le regroupement dans lequel tu t’impliques?

Pour moi, l’association de Psychologie et de Neuroscience Cognitive est une des plus grosses associations de l’Université de Montréal, qui représente environ 2000 membres. C’est une association qui doit prendre sa place et qui doit être très autocritique pour s’assurer de toujours atteindre le plus de membres possible. C’est une association très humaine et ouverte sur les enjeux sociaux.

C’est aussi une association qui sert le meilleur café de Marie-Victorin et qui y fait des fous 4@9 😉

Que dirais-tu à une femme qui hésite à s’impliquer?

Il faut foncer, ça c’est sûr, mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

Je lui dirais de parler de son hésitation à des personnes qui l’apprécient et connaissent sa valeur, ou à des personnes qui sont sensibles à ce genre d’enjeux et qui sont donc moins biaisé.e.s par rapport à ça. Comme c’est un enjeu systémique, je crois que c’est une des meilleures façons de se protéger de biais possibles par les autres parce qu’on est femme.

Sinon, je suis là pour en jaser, évidemment!

Qu’est-ce que l’implication t’a apporté personnellement?

Wow! Tellement de choses!

J’ai beaucoup appris sur moi-même : ce que j’aime faire, comment je m’adapte, comment gérer mes conflits, quelles sont mes forces et faiblesses et comment m’en servir, etc. Ça a été très enrichissant du côté personnel.

Et clairement aussi beaucoup de beaux moments, de plaisir, de belles rencontres. Faire partie de l’association étudiante est aussi pas mal valorisant!

Quels sont tes plans pour l’an prochain?

Je suis candidate pour le poste de Coordonnatrice à la vie de campus de la FAÉCUM (CVC), pour le mandat 2020-2021. Alors encore plus d’implication (rire)!

J’espère que l’implication fera toujours partie de ma vie, car ça me rend très heureuse!

Révisé par Rémy El-Nemr et Alexandrine Nadeau


À lire

Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Raphaëlle Marcil – Par l’AGÉÉPUM

Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Marie Tougne – Par l’AGÉÉPUM

2 réponses sur « Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Catherine Dionne – Par l’AGÉÉPUM »

  1. Ping: Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Élisabeth Hurtubise – Par l’AGÉÉPUM – L'AMNÉSIQUE

  2. Ping: Série d’entrevues avec des femmes impliquées : Camille Bolduc-Boyer – Par l’AGÉÉPUM – L'AMNÉSIQUE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s